informations
emulateurs
roms

Présentation :

La Super Nintendo est une console de jeux vidéo de salon du constructeur japonais Nintendo sortie en 1992 en Europe. Son équivalent japonais est la Super Famicom sortie en 1990 et arborant le même design. L'équivalent nord-américain est le Super Nintendo Entertainment System (Super NES) arborant un design différent. En Corée du Sud, la Super Famicom est distribuée par Hyundai Electronics sous le nom de Super Comboy. La Super Nintendo, console 16 bits de quatrième génération, sort pour contrer la Megadrive de Sega et dans une moindre mesure la PC-Engine de NEC et la Neo-Geo AES de SNK. Elle sera la mieux vendue de sa génération et malgré ses faibles capacités sur le papier, elle tiendra tête aux consoles de cinquième génération comme la 3DO, la Saturn de Sega et la PlayStation de Sony.

Super Nintendo

Historique :

C'est en 1990, plus précisément en novembre 1990, que Nintendo décide de lancer sur le marché japonais la Super Famicom. Après dix ans de succès pour la NES (50 millions de machines vendues), le géant du jeu vidéo de Kyoto se lance sur le marché de la console de jeu « Hi-Tech » mais toujours grand public.
Pourtant, avant d en arriver là, il y a eu de nombreuses péripéties. En effet, au début des années 90, Nintendo et NEC décidèrent d unir leurs forces pour créer une console capable de surpasser la "toute puissante" Megadrive de Sega. Ils voulaient développer un système beaucoup plus puissant que la NES (qui était seulement une 8 bits) et basé sur la Turbo Grafx 16.
Mais, un peu plus tard, Nintendo décida de rompre l alliance et de créer une console 16 bits totalement nouvelle. Cette machine fut finalement appelée Super Famicom dans sa version japonaise, Super NES dans sa version américaine et Super Nintendo dans sa version européenne.
Donc après son lancement aux Etats-Unis fin 91 (septembre), dans une forme un peu modifiée et sous le nom Super Nes, c est en avril 92 que Nintendo décide de mettre le paquet en Europe pour le lancement de la Super Nintendo, version européenne de la Super Famicom. Disponible, dans un premier temps, dans les grands magasins parisiens, la Super Nintendo
a été mis en vente sur l ensemble du territoire au prix de 1290FF (soit environ 197€) avec 1 jeu, et quel jeu puisqu il s agissait de Super Mario World, le 4ème épisode des aventures de Mario, mascotte de Nintendo et personnage plus connu par tous les jeunes Japonais que Mickey Mouse lui-même.
La Super Nintendo était lors de sa sortie la console la plus puissante du marché, si l on excepte la Neo Geo de SNK commercialisée également au début des années 90, mais dont les jeux coûtaient 2000FF (soit environ 300 €) pièce !!!
Le seul inconvénient de la SNES par rapport à la Megadrive était la lenteur du processeur. Mais heureusement, le problème à été contourné par l ajout, aux cartouches de certains jeux, de puces spéciales permettant d accroître la vitesse.
Une de ces puces est la fameuse SuperFX, qui a été intégrée à de nombreux jeux dont Star Fox, Doom ou Yoshi s Island. Une autre puce appelée DSP à été, par exemple, utilisée dans Super Mario Kart. Enfin, il y eut la puce SA-1, implémentée dans Kirby s Dreamland 3 ou encore dans Oshaberi Parodius.
Grâce à la taille du parc de Super Nintendo installées (il s est vendu 20 millions de consoles aux États-Unis et 47 millions à travers le monde), de nombreux jeux ont vu leurs ventes exploser.
Un des premiers titres à succès sur Super NES fut sans conteste Zelda 3 : A Link to the Past, ce jeu à, en effet, fait vivre des dizaines d heures d aventures à plusieurs milliers (voire millions!) de personnes. Un autre énorme carton, parmi les plus de 2500 jeux sortis sur cette console, à été Street Fighter II et ses nombreuses versions plus, prime, champion edition,...
Sans oublier des jeux révolutionnaires comme Star Fox ou Donkey Kong Country, ou encore les nombreux jeux de rôle (rappellons que la Super Nintendo est encore considèré comme la meilleur console à RPG) sortis sur cette console dont ceux du fameux éditeur Square.

Au bout de quelques années, la concurrence a commencé à montrer les dents. Nintendo a alors lancé des rumeurs de projets afin de maintenir les ventes. Un de ceux-ci consistait a développer un lecteur de CD-ROM pour la Super NES. Ce projet n est jamais arrivé à terme mais a donné naissance à la playstation car Sony est big N étaient alliés dans ce projet.
Tout comme celui d un module de réalité virtuelle. Si ces idées s étaient concrétisées, elles auraient fait de la console une superbe machine de jeu.
Mais Nintendo a quand même voulu donner un second souffle à sa console fétiche en sortant avec un nouveau design et surtout beaucoup plus compact sous le nom de Super Famicom Jr pour le Japon et la Super Nes 2 pour les Etats-Unis, cette console ne fût jamais sortie en Europe.
1995 à été l année d arrivée sur le marché de la Playstation de Sony. Cette console à processeur 32 bits a détrôné les anciennes 16 bits, comme la Super Nintendo, qui ont donc pratiquement disparu des rayons des magasins à cette époque.
Nintendo a ensuite riposté à cela en lançant la Nintendo 64, une machine de 64 bits, ce fut la fin définitive de la Super Nintendo.
Peu après 1995, des programmeurs fous ont entrepris de développer des logiciels, appelés émulateurs, capables de simuler le comportement d une Super Nintendo sur PC, voire sur d autres machines (comme le Mac).
Ces émulateurs interprètent des fichiers appelés ROMS (une ROM est la copie des données contenues dans une cartouche).
Plusieurs projets ont vu le jour et, au fil des mois, trois ou quatre d entre eux sont arrivés à maturité. Le tout, il faut bien le dire, dans une ambiance de compétition parfois sévère et avec un suspense digne du projet Apollo !
Par exemple le premier à réussir à émuler les sons et la musique de la Super Nintendo (performance longuement attendue par les passionnés) a été le très célèbre émulateur SNes9X développé par Jeremy Koot.
Le résultat est impressionnant, surtout lorsque l on sait qu il n existe pas de documentation technique officielle concernant les multiples processeurs (CPU, processeur graphique, processeur son) de la Super Nintendo.

Super  Nintendo

Spécifications Techniques :

  • Processeur : 16 bits 65C816 cadencé à 3,58, 2,68, ou 1,79 MHz (réglable)
  • RAM de travail : 128 Kio
  • PPU (Picture Processing Unit) 16 bits
  • RAM vidéo : 128 Kio au total, 64 Kio pour les plans de décor et 64 Kio pour les sprites
    • Nombre de couleurs : de 256 à 4096 à l'écran parmi 32768 selon le mode graphique
    • Définition : 256 × 224 à 512 × 448 pixels
    • 4 plans de scrolling
    • Nombre de sprites : 128 (32 par ligne de balayage maximum), taille de 8 × 8 à 128 × 128 pixels
    • Effets câblés : scrollings toutes directions, zoom et rotation d'arrière plan (mode 7), plans multiples ; gestion des sprites, compression de tiles, déformation graphique…
    • Modes graphiques : 8 modes de 0 à 7 comprenant chacun un type d'affichage, un nombre de couleurs et une résolution spécifique. Ces modes graphiques sont utilisés par les programmeurs pour faciliter le développement d'un jeu. Le mode le plus connu est le 7 (zoom et rotation).
  • Processeurs audio : Sony SPC700 8 bits, S-SMP 16 bits 32 kHz, S-DSP 16 bits 32 kHz, 2a03 (65c816).
    • Son : 16 bits, 16 voies, compression ADPCM.
      • S-SMP : synthétiseur musical,
        • 8 voies sonore ADPCM 16 bits à 32 kHz,
        • polyphonie de 8 notes simultanément par voie.
      • S-DSP : processeur sonore d'environnement
        • 3 voies ADPCM 16 bits à 32 kHz
      • 2A03 : processeur "PSG" 5 voies
        • 2 voix de forme d'onde "square"
        • 1 voix de forme d'onde "triangle"
        • 1 voix FM (delta PCM)
      • Effets acoustiques : chorus, réverbération, vibrato.
    • RAM Audio : 64 Kio + possibilité d'utiliser la cartouche
  • Stockage : cartouches ROM de 256 Kio à 6 Mio, avec système de sauvegarde pour certaines.
  • Deux ports manettes
  • Un port d'extension 8 bits
  • Possibilité d'ajouter des processeurs additionnels (Cx4, Super FX (version 1 ou 2), SA-1, DSP, S-DD1 pour les plus connus).