informations
emulateurs
roms

Présentation :

Le CP System (Capcom Play System) est un système d'arcade développé par Capcom, lancé en 1988 avec le jeu Forgotten Worlds. Street Fighter II, un des jeux de combat les plus populaires de tous les temps, fonctionne sur ce matériel électronique.

 

CPS1

Historique :

 

Le CP System est plus communément appelé CPS, mais également CPS1 ou CPS-1 depuis la création du CPS2 (et du CPS3). C'est un système d'arcade 16 bits basé sur le Motorola 68000, sorti à une époque où l'arcade était en plein essor.

Chaque jeu se compose de 3 pcbs : une motherboard, une rom-board et une C-board qui est en fait le système de protection de la cartouche, protection disponible seulement sur quelques jeux.

Le son est géré par un Zilog Z80, couplé à des puces Yamaha YM2151 et Oki 6295. Ce système était donc à sa sortie, très en avance sur les bornes de son époque. Mais la gloire fut de courte durée, car en 1990, la Neo-Geo MVS fit son apparition dans le monde de l'arcade. La Neo-Geo MVS de SNK était bien plus puissante et évolutive que le CPS, qui fut rapidement dépassé.

 

Capcom tenta de suivre SNK et proposa en 1994 une version salon appelée CP System Changer (pour Capcom Power System Changer), identique techniquement au CPS, dans le but de concurrencer directement le système Neo-Geo AES. Techniquement, c'est un système CPS1 standard ayant intégré un supergun, doté de deux joysticks de série et une connectique TV comme pour une simple console. Il n'y a eu que 10 jeux publiés sur ce format, synonyme d'échec.

Parallèlement au CPS, Capcom travaille dès 1992 sur le CPS2, son remplaçant (qui sortira un an plus tard) voulant ainsi écraser SNK. Malgré tout, le système CPS1 perdurera jusqu'en 1995.

En fin de vie, Capcom se décide à sortir une révision du CPS1, le CP System, plus communément appelé CPS QSound (CPS1 Q-Sound ou CPS-1 Q-Sound). Le système fut capable de recréer un son stéréo avec cette fameuse puce QSound. Cette révision du CPS, est plus proche du CPS2 (dans le design) que les antiques PCBs. Il permettra à quelques titres de bénéficier du son stéréo et d'un nouveau système de sécurité.

Le CP System est composé d'un assemblage de quatre PCBs qui sont contenues dans un boîtier en plastique gris. L'ensemble constitue une sorte de cartouche, d'une taille assez imposante. Pour lutter contre le piratage, une "batterie suicide" a été intégrée au système, elle fournit de la puissance et fait fonctionner de la RAM qui contient les tables de décryptage. Si la tension de la pile tombe en dessous de + 2 V, ou si une tentative de copie du code de cryptage était tentée, les tables de décryptage stockées dans la RAM étaient perdues. Le CPU n'ayant plus de code valable à exécuter, le jeu devient inutilisable, rendant nécessaire (à l'époque) l'envoi de la carte en réparation chez Capcom, aux propres frais du propriétaire du jeu. Contrairement au CPS2, le CPS QSound comporte un Z80 modèle "Kabuki" encrypté en tant que CPU audio.

Ce système restera un énorme succès pour Capcom, qui inscrit une fois de plus son nom dans l'histoire. On retiendra de ce hardware des jeux dantesques qui ont démontrés que Capcom était passé maitre en matière d'action sur Arcade. Des bijoux tels que Strider, Cadillacs & Dinosaurs, The Punisher ou encore Final Fight verront le jour. Mais c'est également entre 1991 et 1992, avec les Street Fighter II, que le CPS1 va devenir l'un des systèmes d'arcade les plus répandus au monde.

Spécifications Techniques :

 

Processeur

  • Motorola 68000 cadencé à 10 MHz

Audio

  • Processeur :
    • Zilog Z80 cadencé à 4 MHz (6 MHz pour le QSound)
  • Puces :
    • Yamaha YM2151 cadencé à 3,57958 MHz
    • OKI MSM6295 cadencé à 7,576 kHz
    • ou QSound cadencé à 4 MHz

Affichage

  • Nombre de couleurs simultanées : 256
  • Palette de couleurs dynamique : 3072
  • Résolution d'écran : 384 x 224